Friedrich Nietzsche

L'État , c'est ainsi que s'appelle le plus froid des monstres froids et il ment froidement, et le mensonge que voici sort de sa bouche : « Moi, l'État, je suis le peuple. »

Maxime Gorki

Le mensonge est la religion des esclaves et des patrons

vendredi 30 avril 2010

Sois Bénie, Josiane Marquis

Venu de Trois-Rivières, un petit rayon de soleil en ces insoutenables temps de merde !

Mais comment a-t-elle fait pour faire publier sa lettre chez Powercorp ?! Les miennes n'ont jamais passé, en trente années de commentaires. Je ne dois pas écrire assez bien pou lait stendart de la raidactions. En tout cas, merci Josiane.
— — — — — — — — — — — — — — — — — —


Des emplois ou des tanks?
Josiane Marquis

L'auteure est stagiaire en techniques de travail social au Comité de solidarité de Trois-Rivières.
Cyberpresse

Le secteur de l'emploi est présentement en pleine déconfiture. Chaque année, des dizaines d'usines ferment leurs portes et des milliers de travailleurs se retrouvent sans emploi. Le taux de chômage du pays est actuellement le plus élevé depuis 11 ans, à 8,4%. Les protections sociales sont insuffisantes pour subvenir aux besoins des gens. Le régime d'assurance emploi n'est actuellement accessible que pour 40% des travailleurs au chômage. Les prestations d'aide sociale sont, selon l'indice du seuil de pauvreté établi par Statistique Canada, insuffisantes pour combler les besoins essentiels d'une personne. Et le salaire minimum n'est pas assez élevé pour permettre à une personne seule travaillant 40 heures/semaine de s'élever au niveau de ce même seuil.

Pendant ce temps, nos gouvernements exigent des travailleurs qu'ils se serrent toujours plus la ceinture en haussant les tarifs et en coupant les dépenses de l'État pour les programmes et services sociaux.

Dans le budget fédéral déposé en mars dernier, tous les postes budgétaires ont été réduits sous prétexte d'une reprise économique fragile... Tous sauf un, le plus illogique, le plus aberrant, et pourtant le plus probable vu les idéologies du gouvernement Harper: le budget militaire.

En effet, ayant déjà fait passé le budget militaire de 13 milliards de dollars en 2006 à près de 20 milliards en 2009 (soit une augmentation de 38% en trois ans), les conservateurs comptent investir (gaspiller) 490 milliards supplémentaires dans ce secteur au cours des 20 prochaines années, afin de porter le budget militaire à 30 milliards par année.

Il coûte environ le même montant d'envoyer 1250 soldats en Afghanistan pour une année que d'engager 20 000 infirmières pour la même période au Québec. Aussi, un seul emploi du secteur militaire coûte en moyenne 1 demi-million, soit l'équivalent de plus de cinq emplois dans tous les autres secteurs civils.

Nos gouvernements nous répètent que nous n'avons pas d'argent. Or, le portefeuille du secteur militaire semble être sans limites. Nous en avons de l'argent; il s'agit ici d'une question de priorités, de choix que nous désirons faire en tant qu'individu, en tant que société.

Vers la fin des années 90, l'armée canadienne ne se consacrait uniquement qu'aux missions de paix de l'ONU avec les Casques bleus. À cette époque, le budget militaire tournait autour de 10 milliards par an. Or, grâce à M. Harper et son équipe, non seulement le Canada perd-il sa réputation enviable de pays pacifique au sein de la communauté internationale pour la troquer contre celle d'État agresseur calqué sur les États-Unis, mais les citoyens de notre pays subissent des régressions majeures en matière d'avancées sociales, d'égalité et de lutte à la pauvreté.

Travailleurs et travailleuses, cessons de nous serrer la ceinture! À l'occasion du 1er mai et de la semaine de l'emploi, relevons-nous plutôt les manches et ensemble, stoppons les dépenses militaires!

mardi 20 avril 2010

L'Hostie de Moron du jour
Pierre Foglia

Quand je pense que ce pauvre type gaspille une plume absolument magnifique à défendre les intérêts de l'Ogre de la manière la plus pathétique qui soit. Pfft. Évidemment, il ajoute à chaque trois chroniques qu'il est « un vieux trotskiste » et gnagnagna, juste pour qu'on se laisse impressionner (wow ! La liberté de presse à LaGraisse, wow ! y laissent un vieux trotskiste dire ce qu'y pense). Je ne réalise qu'aujourd'hui qu'il n'est rien de plus qu'un genre de BHL québécois avec en plus un talent inouï pour la littérature. Beau gâchis.

NON, ESTI DE CRISSE DE CAVE, ÇA FAIT PAS DE BRUIT, UNE ÉOLIENNE, TABARNAK.
En tout cas, les allemandes, les françaises et les hollandaises n'en font pas. Au Québec, je n'ai jamais vu une seule. Uhm… Je me demande pourquoi, câlisse…

vendredi 16 avril 2010

Petite Mise en Contexte (en anglais, désolé)


Rick Rozoff procède à une accablante et systématique révision des derniers déplacements de pièces sur l'échiquier gigantesque de notre bon ami Zbig.


Non, ça ne va pas… Bien. Non. Je vous suggère d'écrire à votre Premier Sinistre pour lui demander de préserver la vie sur Terre, en contradiction avec les ordres qu'il reçoit de ses boss, fiers commanditaires des génocides ruandais, congolais, cambodgiens… Eh, eh, eh…

On me demande très souvent « qui donne les ordres, Mononc' Crachoir ? ». Je répondrai bien évidemment :
— Les ordres ? Les ordures, évidemment.

mardi 13 avril 2010

lundi 12 avril 2010

Petite Entrevue avec le sinistre clown en question

Le bon Zbig ment comme il respire et presque 95% de l'entrevue est à prendre à l'envers, mais bon… Certains petits chats sortent du sac, comme sa manière d'envisager sans gêne aucune une planète dominée par les intérêts des États-Unis de ses patrons les Rockefeller.


More at The Real News

samedi 10 avril 2010

Arsenaux Nucléaires mondiaux en alerte rouge

Ah bon ? Pourquoi ? Parce que c'est leur boulot de s'enflammer la chevelure quand il se passe des événements du genre assassinat du Duc Franz Ferdinand, bombardement de Pearl Harbour ou invasion de la Pologne. Mon petit doigt me dit que bien peu de gens savent ce soir qui est derrière ce monstrueux attentat. Quoi ? Pourquoi ça serait pas un accident ? Je suis maintenant certain qu'il ne s'agit pas d'un accident, parce que les médias Européens négligent de parler de cette possibilité, ce qui revient à dire qu'on nous prend encore une fois pour une horde de morons, ce que nous sommes peut-être. Bref, au peuple on intime de croire que tout va comme d'hab, mais en haut lieu, soyez bien assurés que toutes les sirènes résonnent. Je conseille à tous et toutes de crisser leur camp quelques jours loin des points stratégiques (centrales, bases militaires, grandes métropoles, machin). Les chances qu'une guerre éclate dans les prochaines heures sont très faibles… Sans aucun doute. Mais depuis la Baie des Cochons, elles n'ont jamais, au grand jamais, été si élevées.

Bonne chance tout le monde,
É.

Grosses Câlisses de Coïncidences :
L'Heure de la vigilance a sonné

Deux pays stratégiquement névralgiques de l'ancienne sphère d'influence soviétique ont changé de gouvernement en quelques jours dans des circonstances inouïes. Le Kirghizistan, à la suite d'une très étrange « révolte populaire » (les caméras ne montrent jamais plus de deux ou trois cent badauds rassemblés en curieux devant des non-événements soi-disant en train de se pseudo-passer). Et puis la quasi totalité de l'État Polonais, victime d'une très très énorme erreur de pilotage hier, alors qu'ils se rendaient à Katyn, où les Soviétiques de Staline avaient massacré une montagne d'officiers Polonais en 1940.

Pour ceux qui comme moi ont lu le Grand Chessboard: American Primacy and Its Geostrategic Imperatives de Zbigniew Brzezinski (principal conseiller d'Obama, partenaire des Rockefeller, fondateur de la Commission Trilatérale), le moment est venu de se faire du sang de cochon.

It is imperative that no Eurasian challenger emerges capable of dominating Eurasia and thus of also challenging America. The formulation of a comprehensive and integrated Eurasian geostrategy is therefore the purpose of this book
— Zbigniew Brzezinski