Friedrich Nietzsche

L'État , c'est ainsi que s'appelle le plus froid des monstres froids et il ment froidement, et le mensonge que voici sort de sa bouche : « Moi, l'État, je suis le peuple. »

Maxime Gorki

Le mensonge est la religion des esclaves et des patrons

jeudi 27 septembre 2007

Une Cracheuse photographe

La présente est pour vous signaler que Doodle, une fréquente correspondante du Crachoir, qui est aussi une nouvelliste publiée tant au Québec qu'en France, a une photo géniale dans le concours photo du Plateau. La F12.
Le Lien pour aller voter

É.

samedi 22 septembre 2007

Grand Concours™ SINISTRÉ - Le CRACHOIR©™


--- Pour diffusion universelle immédiate ---

Participe au Grand Concours SINISTRÉ Le Crachoir et cours la chance de gagner un de nos prix d'une valeur de plus de
1 million !*

Tu as toujours rêvé d'aventure, d'action et de buzz full trendy cool ? Voici ta chance ! Le feu, un bombardement de la US AirForce, ou même une invasion de mycotoxines dans ton taudis, te force à tout jeter dans le banc de neige ! Wow ! Trippant ! Ton défi en tant que participant(e) est de déterminer quels livres tu vas emporter dans ta boîte de carton CRACHOIRWORLD !

Fais-nous une liste de tes 75 livres essentiels, ceux que tu ne peux pas laisser brûler, se décomposer, ou même être dévorés par les terroristes barbus. C'est vraiment ta chance d'exprimer ta vision, ta passion, tes désirs et aussi ta... personnalité. Envoie-nous les résultats de ton activité ! Ta liste doit nous parvenir par commentaire sur le Crachoir, par courriel, ou encore dans un cahier de feuilles mobiles reliées par de la petite corde de couleur avec des boucles, que tu confieras à ton bureau de poste en spécifiant bien l'adresse :
A/S
Grand Concours™ SINISTRÉ - Le CRACHOIR©™
CRACHOIRWORLD GLOBALMEDIACARTEL
1 rue Danmonku, suite 100
Censwit, Rosiekekpart
480382

Premier prix :
Une boîte de livres complète** CRACHOIR WORLD, contenant tous les choix du Crachoir de tes oeuvres préférées comme chez Opra, mais gratuit !*** d'une valeur de plus de 400 000 !**** ; un voyage weekend valeur pour deux personnes***** dans le pays de ton choix****** Tous frais payés !*******. Une barre énergétique gratuite ! Un cocktail de bienvenue gratuit ! Un abonnement d'un an au Blog Le Crachoir ! Et plusieurs autres prix qui sauront te distraire et combler tes passions !

Second prix :
La même chose, mais plus petit, et un peu sale.

Troisième prix :
Un abonnement d'un an au Blog Le Crachoir !


—————
* Valeur totale. La couleur et la quantité peuvent varier. Le contenu se tasse durant le transport à dos d'esclaves en montagne. Tous les prix exprimés en devises ZWD, non échangeables, uniquement à titre indicatif, sans limiter la généralité de ce qui précède, sans préjudice, en fonction de la juridiction. Des lois peuvent s'appliquer. D'autres, non. Recycler là où les gens ne se crissent pas de l'environnement. Le montant du prix sera attribué à la mort (un an et un jour après confirmation par trois légistes indépendants du décès de causes naturelles ou accidentelles, sauf acte de Dieu ou folie) du dernier descendant de la lignée du dernier actionnaire de la dernière filiale du Cartel.
** Livres non inclus
*** Livres à acheter séparément. La boîte contient les suggestions, ainsi que des offres couleurs de nos partenaires, des propositions d'assurance, des échantillons de parfum imité chinois, des sachets de sel à ne pas consommer et des photos de tes vedettes et aussi de mon cul.
**** La valeur peut varier selon la saison
***** Les deux personnes doivent être des femmes bisexuelles et partageront la tente monoplace du président de CRACHOIRWORLD™ pour la durée du séjour, sauf en cas de feu, vol, vandalisme, acte de Dieu ou folie.
****** Parmi une liste de un (1) pays où se trouvera alors le secrétaire général du Congrès Crachoirmonde-Justice-Paix.
******* Les frais couverts par le concours n'incluent pas : déplacements (avion, train, voitures), les locations de vélos (obligatoires), la nourriture, les piles des lampes-guidon, la boisson (à part le cocktail de bienvenue), les dessous affriolants (à négocier), ni tout autre frais que la direction du Crachoir pourrait avoir oublié d'inclure dans cette liste, sans limiter la généralité de ce qui précède ni préjudice au casus belli, sous réserve de pisser dans le sac du greffier 19 fois sur 20 à 95%, à 0c au niveau de la mer.

samedi 15 septembre 2007

Pure cochonnerie


HUILE DE CANOLA

Eh bien. Saviez-vous donc, chers amis zé amigas, que le canola, ça n'existe pas ? Canola est une marque de commerce inventée par l'industrie agroalimentaire canadienne pour désigner un produit chimique huileux fait à base de la graisse de colza, l'huile la plus toxique de tout le royaume végétal. CANADIAN OIL. CANOLA.

Dans un trip plus bernaysien que ça tu meurs, la bizness du génétiquement poisonnifié a engagé pendant dix ans tout ce qui se faisait de journaliste, gribouilleux, écrivain, pouêête ou reporter en art de vivre, pour vanter la diète méditéranéenne dans d'innombrables articles, études, réquisitoires. On les a payés grassement (eh eh!) pour simplement inclure dans leur article une phrase simple où ils associeraient huile d'olive et Canola. On a même fait en sorte de brouiller les pistes, en utilisant en français l'expression « huile DE canola », comme si le canola était une noix, une graine, un fruit, que sais-je. C'est simplement une marde toxique créée en usine ! C'est un lubrifiant à moteur, dont on a rénové l'image, à grands renforts de chromos couleur !

Voilà. Vous vous sentez mal, après avoir mangé des olives ? C'est parce qu'elles baignent toutes désormais dans l'huile CANOLA ! Incroyable, mais vrai. Vous avez des malaises, en mangeant des produits « Fontaine Santé » ? Toutes leurs astis de salades, humus, machins... bourrés d'huile CANOLA. Crissez-ça aux vidanges. Donnez pas ça à vos enfants ! YAARK.


Bisous, câlins, lance-flammes,
&.

—————
Sources :

http://www.canola-council.org/portal.html
http://www.shirleys-wellness-cafe.com/canola.htm
http://www.mercola.com/2002/aug/14/con_ola1.htm

Pétition du Comité Claire Morissette



Pour plus de détails cliquer ici
—————————————————————

Ville :
Date :

Comité Claire-Morissette
CP 1242 succ. Place-du-Parc
Montréal QC H2X 4A7

Objet : Piste cyclable en hommage à Claire Morissette

Bonjour,

Par la présente je veux me joindre à vos efforts afin que la piste cyclable du boulevard de Maisonneuve, entre Berri et Green, qui est une victoire chèrement gagnée par Claire Morissette et touTEs les cyclistes impliquéEs dans cette revendication, soit nommée Piste Claire-Morissette.

Il aura fallu plus de vingt ans avant qu’une administration municipale, celle du maire Gérald Tremblay, prenne finalement acte des demandes maintes fois répétées des usagers et réalise cette piste cyclable du centre-ville.

La vie de travail de Claire Morissette afin que Montréal reflète les aspirations environnementales d’une large part de la population mérite d’être retenue comme exemple à jamais vivant de ce que l’engagement, la générosité, la persistance et l’imagination peuvent accomplir. Si Montréal respire un peu mieux, c’est entre autres que notre camarade Claire était à l’avant-garde des revendications et toujours première sur les barricades pour les causes justes et nécessaires.

Comptez donc sur mon appui dans cette démarche.





_____________________________
(signature)
Nom :
Adresse :
Ville :
Code postal :
Courriel :

dimanche 2 septembre 2007

Tolérance


Une veille dame que je connaissais avait un bel amoureux, un riche d'Atlanta. Randy. Un jour, dans le chalet de la vieille dame, Randy a rencontré Ginette, la blonde d'un mes potes. Quand elle a entendu Randy déblatérer contre la « race » des french-canadians, elle s'est mise à capoter. Elle lui a dit :
— C'est toi, l'immigrant, icitte, esti d'Anglais.
Il a répliqué, d'un air rusé :
— I'm not English, I'm an American. And we own the world.
— Pis, parle en français, colisse, t'es chez-nous, icitte.
Il a ajouté que les Québécois formaient une race inférieure, parce qu'incapables de fabriquer une bonne confiture aux fraises (il trouvait nos confitures pas assez sucrées). Je jure que c'est vraiment ce qu'il a dit. Elle pantelait, savait plus quoi ajouter. Il a sorti un billet de 20$ de sa poche, l'a mis à plat sur la table de cuisine. On voyait la Queen of England. Ginette est partie faire un tour de char. Un char américain, bourré de pétrole américain, dans lequel elle écoutait un CD de BonJovi en plastique dérivé de pétrole américain. Défoulée, elle est revenue.

Ils ont fini par s'entendre, cette fin de semaine-là, parce que Randy a quand même eu la gentillesse de placer notre « race » bien loin au-dessus de celle des « niggers ». Et les « niggers », c'était la grande cause de Ginette. Depuis qu'elle en avait au bureau... sa grande tragédie ! Et puis tous les deux, Randy et Ginette, partageaient le dégoût des mélanges raciaux, qui créaient des milliers de petits batards, futurs drogués-BS-criminels. Elle en voyait de plus en plus sur la Rive-Sud, songeait à déménager.

À partir de là, ça a été l'harmonie dans le chalet. La vieille dame chez qui on était, l'amoureuse de Randy, rayonnait. C'était important, pour elle, l'harmonie. Pour elle, ce qui comptait, c'était que tout le monde respecte tout le monde, il importait de TOLÉRER les opinions de chacun. J'ai échappé une toute petite phrase, le soir suivant. Ça a brisé l'harmonie. Tout le monde m'engueulait. On m'a bien expliqué que mon problème était que j'étais en colère contre toute l'humanité. Que je manquais d'amour. Que je me complaisais dans la haine, alors qu'eux, les gens ordinaires, n'avaient envie que de vivre en paix ! Mes quatre vérités ! On m'a fait ma fête !… J'avais trop lu de livres, aurait fallu que je cotoie le vrai monde, que j'arrête de péter de la broue, j'avais plus d'amour pour mes livres que pour les vrais gens, c'est pour ça que j'étais incapable de respecter les autres, que je passais mon temps à partir des chicanes... alors que tout allait bien... Des tempêtes dans des verres d'eaux.

On a fait nos sacs, je me souviens, à 2h du matin, en plein coeur du Nulle-part québécois. On a marché des heures sous la lune, dans les chemins de campagne, les dents serrées. Ça faisait du bien, de s'éloigner. Les grandes remorques sortaient les troncs d'arbres vers le Maine, à tombeau ouvert. Finalement, à l'aube, près d'un Tim Horton, quelqu'un nous a fait monter jusqu'au premier village désservi par l'autobus.

On dormait dans le fond du car, fourbus.